Sophrologie et Alzheimer sur Doctissimo

Alzheimer : la sophrologie au service des maladies neurodégénératives.

« Et si la sophrologie pouvait freiner l’évolution des symptômes des quelque 860 000 personnes atteintes en France de la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées ?
C’est ce que croient et soutiennent les sophrologues caycédiens et les adeptes de la sophrologie -qu’ils soient malades ou aidants – s’appuyant avant tout sur leurs expériences, faute d’études pour valider leurs dires à ce jour. Et ce n’est pas Nelly Sebon, orthophoniste, présidente de l’association Sophr’Al et signataire de la charte Alzheimer éthique et société 2011, qui dira le contraire.
Freiner l’évolution de la maladie d’Alzheimer grâce à la sophrologie ?

Nelly Sebon a d’abord été orthophoniste avant de devenir également sophrologue :  » Au départ, je m’en servais pour restaurer le lien des patients avec leur corps. C’est bien au-delà de la relaxation, que je pratiquais déjà. C’est un outil supplémentaire dans la stimulation des patients « , explique-t-elle ».

La sophrologie peut aider les aidants

« Car les recherches ont largement démontré que le stress chronique occasionné par l’environnement des malades d’Alzheimer et maladies apparentées était en partie responsable de la dégénérescence neuronale et des lésions de la protéine Tau […].

Il est donc aussi essentiel d’aider le patient que ses proches les plus sollicités et les plus exposés, afin qu’ils puissent aborder le plus sereinement possible cette maladie très compliquée. Il est primordial qu’ils apprennent non seulement à gérer leurs émotions afin de rester dans la bientraitance des personnes atteintes mais surtout qu’ils ne s’épuisent pas et ne s’oublient eux-mêmes ».

Retrouver l’intégralité de l’article en cliquant sur Alzheimer

 

%d blogueurs aiment cette page :